MONDE

France : Emmanuel Macron interpellé sur les cas de viol des mineurs

On dénombre en moyenne vingt viols sur les mineurs en France. La situation amène des personnalités à interpeller le président Emmanuel Macron. Dans une pétition, des personnalités de tous horizons appellent le président de la République à faire de l’enfance une grande cause nationale.

En termes de statistiques, chaque semaine, deux enfants meurent sous les coups et les tortures, tandis que 73.000 cas de violences sur mineurs sont identifiés chaque année par la police, soit 200 par jour. Les victimes ont moins de 12 ans, mais seulement 2 % des cas donnent lieu à une condamnation. C’est sur la base de ces chiffres que des personnalités de tous horizons interpellent le président Macron à travers une pétition signée dans “Le journal du dimanche”. Une pétition jonchée de propositions pour faire de la protection de l’enfance une “grande cause nationale”.

Figurent parmi les premiers signataires des représentants d’association d’aide à l’enfance ou de lutte contre l’inceste, dont Michèle Créoff, vice-présidente du conseil national de la protection de l’enfance, par la journaliste Françoise Laborde, les philosophes Sylviane Agacinski et Élisabeth Badinter, les animateurs Flavie Flament et Nagui, l’humoriste Florence Foresti, les acteurs Bruno Solo ou Anny Duperey, la productrice Mélissa Theuriau, le footballeur Adil Rami…

Dix-neuf mesures sont proposées par ces différentes personnalités. Ce sont entre autres, rendre obligatoire l’enregistrement vidéo de l’audition de l’enfant victime et son visionnage lors de la procédure pénale, sous peine de nullité, créer dans chaque département des unités spécialisées pour recueillir la parole de l’enfant, et mettre immédiatement à l’abri l’enfant lorsqu’une maltraitance est suspectée.

Elles proposent également de réformer la définition du viol sur mineur soit réformée dans la loi Schiappa, “pour un interdit plus systématique”, améliorer le parcours chaotique des enfants protégés, afin de notamment permettre le droit à une deuxième famille, en adaptant le statut juridique de l’enfant et en favorisant l’adoption simple.

Ces personnalités attendent du président Macron de mobiliser toutes les institutions de l’État pour lutter contre la maltraitance des enfants, dont la protection doit être “une grande cause nationale”.

DJENA INFO
the authorDJENA INFO
L'équipe de Rédaction

Laisser un commentaire