TOGO

Lomé, point de départ d’un groupe d’intervention judiciaire contre la torture en Afrique

Une quinzaine d’avocats venus de neuf pays de l’Afrique tiennent une rencontre dans la capitale togolaise du 10 au 13 avril 2019. Ce sont des assises initiées par le Collectif des Associations contre l’impunité au Togo (CACIT) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) avec l’appuie de l’Union Européenne.

C’est la première rencontre du groupe régional d’intervention judiciaire contre la torture et les mauvais traitements en Afrique. Le groupe composé de seize avocats africains est mise en place par le CACIT et l’OMCT pour consolider l’état de droit et de la démocratie des les pays.

Ce noyau d’avocats dont trois togolais, travaillera contre la torture et les traitements inhumains et dégradants en menant des plaidoyers et des sensibilisations à l’endroit des différents acteurs. Des actions, qui d’après le CACIT contribueront à la mise en œuvre des mécanismes de lutte contre la torture adoptés par les Etats africains.

L’atelier de Lomé offre un cadre aux hommes de droit de définir les stratégies de lutte contre la torture en Afrique. « Cette formation permettra de favoriser et de renforcer les capacités des organisations avec lesquelles les avocats travaillent et ainsi de soutenir le droit des victimes et des groupes vulnérables, à la réparation et à la réhabilitation », a déclaré Spéro Mahoulé, Président du CACIT.

Au sortir de cette première rencontre, Lomé sera le point de départ d’un groupe dynamique qui s’attèlera à la lutte contre ce phénomène et les mauvais traitements, a conclu Spéro Mahoulé.

DJENA INFO
the authorDJENA INFO
L'équipe de Rédaction

Laisser un commentaire