AFRIQUE

La Côte d’Ivoire crie haut et fort « Non à l’enlèvement et à l’assassinat des enfants »

La famille de l’enfant Traoré Aboubacar Sidiki dit Bouba, assassiné le 24 février dernier pour un crime rituel, n’a pas été abandonné à son triste sort. Deux jours après l’inhumation de la victime, la population ivoirienne, comme un seul homme, a pris d’assaut les artères de la ville de Cocody pour une marche silencieuse ce 03 mars pour dénoncer cet énième infanticide.

 Ils ont été nombreux à prendre le départ devant le CHU d’Angré, tous, habillés à l’effigie du jeune « Bouba », devenu héros à titre posthume avec un seul message « Plus jamais ça ! ». À la tête de la marche, on peut lire sur une vaste banderole « Non à l’enlèvement et à l’assassinat des enfants ».

Tous ont saisi ce moment de recueillement et de compassion à la famille éplorée, pour attirer l’attention des autorités compétentes sur l’ampleur de l’enlèvement des enfants dans le pays.

Bien avant la marche, chacun y allait de son moyen de bord pour condamner ce « crime de trop ». Les réseaux sociaux ont été un porte-voix aussi bien pour le simple citoyen aux sommités.

La première dame ivoirine, Dominique Ouattara a condamné ce crime et a appelé les adultes à protéger davantage les enfants. « Depuis l’annonce du décès dans des conditions tragiques du petit Bouba, mon cœur saigne… Cette nouvelle m’a bouleversée. En tant que mère, ma douleur est grande… J’ai beaucoup de mal à comprendre comment un tel acte puisse être perpétré à l’endroit d’un enfant », a-t-elle publié sur son compte Twitter et sa page officielle Facebook. 

Pour rappel, la victime de 4 ans a été enlevée et vidée de son sang par Etienne Sagno, un bijoutier guinéen de 27 ans, pour des fins rituels selon les aveux du bourreau.

DJENA INFO
the authorDJENA INFO
L'équipe de Rédaction

Laisser un commentaire