AFRIQUE

RDC : l’UNICEF s’alarme sur la situation critique des enfants dans le Kasaï

La situation des enfants dans la région du Kassaï (République démocratique du Congo) reste critique, malgré une situation plus stable sur le plan de la sécurité dans certaines parties de la région.

Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), plus de 770 000 enfants en bas âge souffrent de malnutrition. Parmi eux, 400 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère et doivent être soignés de toute urgence.
D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, 3,8 millions de personnes, dont 2,3 millions d’enfants, ont besoin d’une aide humanitaire dans la région du Kasaï.
L’aspect le plus effroyable de la crise dans la région du Kasaï, s’alarme l’UNICEF dans un rapport publié le 11 mai 2018,  reste l’utilisation des enfants par les milices.

« Les milices utilisent les enfants pour combattre et tuer, ou s’en servent comme boucliers humains. Les plus jeunes font office de porteurs ou de cuisiniers, ou se voient confier d’autres corvées domestiques. Tous ces enfants ont dû endurer un « rite d’initiation », durant lequel les futurs soldats, quel que soit leur âge, sont obligés de boire des potions alcoolisées contenant parfois des os humains broyés et de manger de la chair humaine ou des insectes dans le but d’acquérir des pouvoirs surnaturels censés les protéger pendant les combats », a révélé le rapport.
Et de poursuivre, « Les enfants-soldats capturés par les autorités sont parfois placés en détention dans des prisons pour adultes, dans lesquelles ils risquent d’être torturés, maltraités ou violés ».

Depuis le début de la crise, l’UNICEF a œuvré pour préserver les droits de milliers d’enfants dans la région. « Depuis janvier 2017, grâce au travail de l’UNICEF et de ses partenaires, 71 500 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont reçu un traitement, et depuis août 2017, 2 millions d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole, plus de 326 400 enfants ont eu accès à de l’eau et à des services d’assainissement et d’hygiène et plus de 1 700 enfants relâchés par les milices ont reçu de l’aide », informe le document.

Toutefois si l’agence onusienne ne poursuit pas ses actions, la situation humanitaire des enfants risque de se  dégrader en 2018. « 4 000 enfants risqueront de mourir de malnutrition aiguë sévère ; des milliers d’enfants qui ont été enrôlés dans des milices n’obtiendront pas l’aide pour réintégrer leur famille et leur communauté ; les enfants de toute la région continueront d’être privés de leur droit à l’éducation », prévient l’UNICEF.

L’UNICEF estime à 88,1 millions de dollars américains ses besoins et appelle « toutes les parties au conflit et la communauté internationale à prendre des mesures urgentes visant essentiellement à mettre un terme aux actes de violence à l’encontre des enfants, à garantir l’accès à des services vitaux à tous les enfants et à financer l’apport d’une aide humanitaire durable».

DJENA INFO
the authorDJENA INFO
L'équipe de Rédaction

Laisser un commentaire